Parler hygiène en temps de crise sanitaire, c’est considérer l’ensemble des contraintes économiques, réglementaires et sectorielles pour garantir un service devenu plus intensif. Mais c’est surtout considérer l’aspect fondamental de la santé au travail et l’impact environnemental des pratiques, à travers une démarche d’utilisation des produits plus optimisée et raisonnée, aux bénéfices de tous.

Explosion de la demande, réorganisation industrielle, renforcement des équipes…, du début de la pandémie à la reprise d’activité, les fabricants de produits d’hygiène et de désinfection professionnels auront dû faire preuve d’une ingénierie inédite pour répondre à l’ampleur du besoin, et au chaos des premières heures. Industrie, services, distribution…, si le choc a entraîné la déstabilisation de tout un écosystème, en a également découlé de nouvelles exigences de performance et des fréquences de nettoyage parfois hors norme pour mettre en œuvre les protocoles. « Le soufflé est un peu retombé, mais la désinfection a vocation à s’inscrire durablement dans les pratiques, notamment dans les environnements où elle était inexistante, estime Anne Le Gallet, directrice marketing de la société Action Pin, spécialisée dans la fabrication de produits professionnels à base de résine de pin. Bureaux, salles de réunions, espaces de restauration…, les nouvelles injonctions d’entretien ont bousculé les habitudes et remis la prévention au cœur des enjeux sociaux et économiques, soulevant paradoxalement de nouvelles problématiques tant sur le plan environnemental que sur la santé des exploitants et des occupants des locaux : « Si les opérations s’avèrent nécessaires pour combattre un virus qui circule toujours, elles n’en demeurent pas moins sensibles et potentiellement dangereuses pour les individus et la biodiversité lorsqu’elles sont insuffisamment encadrées », poursuit la responsable de l’entreprise landaise, qui prône depuis sa création une hygiène raisonnée, mesurée et modérée. 

page-1-action-pin_Page_1_Image_0001.jpg
Anne Le Gallet, directrice marketing de la société Action Pin

Décoder l’environnement, les usages, les besoins

Dès lors, comment assurer la sécurité sanitaire tout en considérant les enjeux du développement durable ? Pour Action Pin, qui fait de cet enjeu son cheval de bataille, la réponse réside naturellement dans la formulation produit la moins impactante possible, mais également dans la compréhension des modes et des rythmes de travail, afin d’adapter cette pratique au bon endroit, au bon moment. Une démarche pour mettre un frein à une tendance abusive, et à l’inverse, pour opérer sur des points de contact qui méritent une fréquence régulière (poignées de portes, boutons d’ascenseurs, interrupteurs, tables de réunion, etc.). « On ne traitera pas de la même façon un bureau fréquenté chaque jour par la même personne, et des espaces de réunion ou en flex office où transitent davantage d’occupants », souligne Anne Le Gallet, pour qui l’évaluation du risque sanitaire dépend aussi des caractéristiques de l’environnement de travail : « Certes, le coronavirus est le sujet du moment. Mais il ne faut pas oublier les risques inhérents à chaque secteur d’activité, cuisine, crèche, ehpad, locaux tertiaires, lieux publics…, des univers spécifiques qui obéissent à des normes et des règlementations précises, sur la qualité de l’air intérieur notamment. » Objet d’un encadrement légal, le risque de composés organiques volatiles générés par quantité de détergents est donc une notion qui pèsera dans le choix des produits, mais également dans les informations visant à mieux cibler les préconisations, conditions d’une approche de l’hygiène plus efficace, respectueuse et cohérente. 

De l’intelligence des pratiques

Au-delà de l’étiquette, l’information diffusée aux distributeurs d’hygiène professionnelle relative au produit et à son contexte d’utilisation aura tout son rôle à jouer dans une démarche plus performante et responsable. « Cette proximité est essentielle pour transmettre la connaissance du produit, recommander une offre complexe, et sensibiliser aux défis écologiques et sanitaires, précise Anne Le Gallet. Chez Action Pin, une quinzaine de conseillers de terrain ont à charge d’animer la distribution et d’orienter la demande des utilisateurs. Nous sommes également amenés à intervenir directement auprès du client final, pour l’accompagner sur une problématique spécifique ou l’élaboration d’un protocole de nettoyage adapté à son environnement. » Leviers d’une pratique de nettoyage et de désinfection plus sage, une approche globale dans le respect des contraintes financières et une plus grande optimisation des produits participeront à des bénéfices durables et économiques : « Sur de très grandes surfaces, il sera par exemple plus judicieux de miser sur des produits plus concentrés, associés à des matériels spécifiques tels qu’une centrale de désinfection, qui permettra non seulement de reconditionner les pulvérisateurs, mais aussi de les dispatcher dans des espaces plus indiqués. » Une préconisation parmi tant d’autres vers l’adoption d’actions les plus respectueuses et efficientes possible, ajoutée aux garanties offertes par les labels de référence, l’innovation constante, le conseil et le positionnement responsable des fabricants, qui s’inscrivent historiquement dans les cercles de réflexion environnementale et sanitaire plus vertueux. 

LES PROPRIÉTÉS DU PIN DANS LES PRODUITS D’ENTRETIEN PROFESSIONNEL 

Les propriétés tensio-actives des savons d’acides gras et résiniques améliorent l’efficacité détergente des produits et favorisent les processus d’émulsification pour un nettoyage professionnel optimisé.

Les pouvoirs mouillants, solvants et décapants des dérivés terpéniques sont des alternatives aux tensio-actifs de synthèse et solvant pétroliers (tels que white spirit, essences, glycols, acétone, méthyl éthyl cétone, chlorure de méthylène, etc.).

Les atouts olfactifs de la famille des terpènes permettent à ACTION PIN de proposer une grande variété de senteurs raffinées et durables pendant de longues heures après l’application des produits dans vos locaux

ACTIPUR, LA NOUVELLE GAMME D’ACTION PIN

page-2-Action-pin_Page_1_Image_0001.jpg

ACTIPUR vise à prévenir et combattre les épidémies tout en minimisant les impacts sur l’Homme et la planète, en prônant la pratique d’une désinfection raisonnée, modérée et mesurée. ACTIPUR répond aux justes besoins de désinfection de tous les secteurs d’activité avec son large spectre de désinfection : bactéricide, levuricide, action fongicide, virucide contre tous les virus enveloppés dont le Coronavirus. A base d’acide lactique, substance active biosourcée issue de la fermentation de sucres, la gamme ACTIPUR est certifiée ECOCERT, à base de plus de 98 % d’ingrédients d’origine minérale et végétale et préserve la qualité de l’air intérieur avec des teneurs en COV extrêmement faibles. La gamme ACTIPUR comporte trois segments pour répondre aux besoins de désinfection des surfaces à risques :

● Les multi-surfaces pour toutes surfaces même alimentaires (prêts à l’emploi et concentré)

● Les sanitaires avec des produits aux senteurs plus affirmées (prêts à l’emploi et concentré)

● Une référence unique de désinfection virucide écocertifiée destinée à la propreté urbaine pour la désinfection des mobiliers urbains et des containers et locaux poubelles.

 QUI SOMMES NOUS ?

Depuis 25 ans, Action Pin conçoit chacun de ses développements en se souciant de l’environnement et des problématiques de santé pour vous fournir une offre hygiène raisonnée, complète et cohérente. Attachée à ses racines et à son histoire, la société a fait le choix de préserver sa fabrication française et de privilégier des fournisseurs locaux. Action Pin est une filiale du Groupe DRT (Dérivés Résiniques et Terpéniques), groupe fondé en 1932 par 7 familles de sylviculteurs landais, et est aujourd’hui membre du groupe Firmenich.

www.hygiene.action-pin.fr