Santé et environnement

OBSAR

Quand les achats responsables font leur place

La rédaction | 16 février 2018 |

Les achats responsables s'ancrent de plus en plus dans les pratiques des entreprises.
Selon le baromètre 2018 de l'Obsar, 87 % des donneurs d'ordres publics et privés ont mis en place une politique d'achats responsables.

85 % des entreprises et administrations déclarent avoir une bonne ou très bonne connaissance des achats responsables, selon le baromètre 2018 des achats responsables ObsAR. Celui est basé sur un sondage annuel réalisé avec l’appui d’OpinionWay, auquel ont répondu 270 organisations (64 % d’entreprises et 36 % d’administrations). 87 % ont mis en place une politique d’achats responsables, dont 39 % depuis plus de 5 ans. Pour 40 % d’entre eux, l’approfondissement de cette politique est même une priorité.

La démarche des achats responsables s'ancre de plus en plus dans les organisations. Néanmoins, l’appréhension du coût global des produits reste un sujet complexe à maîtriser. D’où une vision plus réaliste dans les réponses quant à son utilisation par les acheteurs. La réflexion en coût global est fortement associée aux « économies générées et à la création de valeur pour l’organisation », élément qui arrive en 2e position dans les postes de coûts chiffrés. Ce constat conforte la tendance observée depuis le dernier baromètre : acheter responsable ne coûte pas plus cher, bien au contraire.

Quelles relations avec les fournisseurs ?

On apprend également que les acheteurs ont recours en priorité à des fournisseurs installés sur le territoire pour 82 %, puis à des PME pour 74 % avec une forte appétence pour les PME innovantes. C’est le secteur public qui met en place le plus de mesures visant à s’adapter à la taille des entreprises. Les grandes entreprises commencent quant à elles à accorder plus de poids à leurs achats à des PME.

Quant au respect des délais de paiement, il reste beaucoup à faire… Des actions d’amélioration sont néanmoins mises en place pour raccourcir les délais de paiement, particulièrement dans le public. Moins d’une organisation sur 2 (48 %) estime avoir une bonne connaissance de la performance RSE de ses fournisseurs. Les nouvelles exigences, issues des récentes lois Sapin II et Devoir de vigilance, renforcent cette prise de conscience. Les questionnaires d’évaluation propre aux organisations (50 %) et les audits internes et externes (48 %) sont les moyens les plus utilisés pour évaluer les fournisseurs, principalement dans les entreprises privées de plus de 250 salariés. La réduction des consommations - notamment d’énergie - reste un enjeu majeur vis-à-vis des fournisseurs. On voit également monter la préoccupation des PME d’acheter des produits qui durent plus longtemps et, si possible, éco-conçus. Si pour les acheteurs publics l’insertion des personnes éloignées de l’emploi est privilégiée chez leurs fournisseurs, les PME plébiscitent le recours à l’emploi local alors que les grandes entreprises valorisent le respect des droits de l’homme et les entreprises de services les actions en faveur de la diversité.

La fin de la « contrainte budgétaire »

Concernant les freins, bonne nouvelle, la « contrainte budgétaire » qui était le premier frein en 2012 (55 %) continue sa chute et n’est plus mentionnée que par 33 % des répondants. Les moteurs de la mise en œuvre des achats responsables restent la politique RSE, le respect des normes et, toujours, l’image. Mais, pour l’avenir, les achats responsables sont de plus en plus perçus comme un levier de performance et d’innovation (87 %) et un moyen de réduction des risques.

 



PARTAGER

imprimer partager par mail

Plus de Photos

Informations

Newsletter

2 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

  • Les obligations en matière de protection des données

    À compter du 25 mai 2018, le Règlement général sur la protection des données (RGPD) entrera en vigueur pour toutes les entreprises. La plupart des formalités actuelles auprès de la CNIL disparaîtront au profit d’une logique de conformité continue.

    24 mai 2018

  • TELERIC

    Tracer et gérer les imprévus

    Jean Piedanna, directeur commercial de Teleric, spécialiste des solutions de traçabilité, pointage mobile et contrôle qualité dématérialisé, explique pourquoi le secteur hospitalier s’intéresse autant à la traçabilité des prestations.

    18 avril 2018

  • Innover pour accompagner la transformation de l’hôpital

    Réforme oblige, les hôpitaux sont en pleine évolution. Les entreprises de propreté se doivent d’innover pour accompagner cette transformation, en particulier par la digitalisation.

    18 avril 2018

Dossiers de la rédaction
  • CHIMIE
    4 septembre 2017
    - Table ronde : Quand la chimie se fait plus douce - Innovations : L'enjeu du bon dosage - Solutions alternatives : Produire les détergents sur place
  • Marché
    1 juin 2017
    Les acteurs du luxe n’hésitent plus à confier l’entretien de leurs locaux à des prestataires extérieurs. Face à des exigences extrêmes, les entreprises de propreté développent process innovants et politiques RH pointues.
  • Technologies
    1 février 2017
    Si certains freins technologiques et économiques subsistent, la robotisation des machines de propreté progresse. Les applications professionnelles n’en sont encore qu’à leur début mais pour les entreprises la question est d’ores et déjà posée : comment ...
  • PUBLI-COMMUNIQUE
    23 janvier 2017
    Innovations, rencontres et solutions seront les maîtres mots de cette quinzième édition d’Europropre Multiservices Expo 2017. Toute la profession se retrouve les 28, 29 et 30 mars à Paris Porte de Versailles dans le Pavillon 3. Une offre encore plus importante et ...
  • 1 octobre 2016
    Industrie : quelles sont les cartes à jouer ? Agroalimentaire : L’externalisation gagne du terrain

Produits et Services

Sélections thématiques