Entreprises et marchés

Conférence-débat

Quel modèle pour le Facility Management ?

Séverine Wilson | 22 novembre 2017 |

Photo : Services.
Près de 100 professionnels ont assisté, le 14 novembre à Paris, à une conférence-débat dédiée au Facility Management.

« Pourquoi et comment le Facility Management doit-il trouver son modèle ? » C’est le thème de la conférence organisée le 14 novembre à Paris par Workplace Magazine (édité par Pyc Édition) à l’occasion de la sortie de son supplément FM. L’événement, qui se déroulait au siège du groupe Gecina, a accueilli près de cent participants.

Patrice Vuidel, consultant chercheur associé chez Atemis, a démarré la matinée en abordant le passage de l’ère industrielle à l’économie servicielle. Il considère que le modèle industriel existant depuis plusieurs siècles doit être revu car il est inadapté au secteur des services. Les objectifs des entreprises en matière de RSE modifient ce modèle économique. « L’accueil, la sécurité ou la propreté ne sont pas du seul ressort du prestataire. Le donneur d’ordres doit y participer pour tendre vers une coopération. Des initiatives existent dans le secteur de la propreté avec les ateliers de la relation client dont le but est notamment de co-construire un cahier des charges, estime Patrice Vuidel. Il est nécessaire de se déplacer d’une logique de conformité vers une logique de pertinence par rapport à la valeur du service à créer. Les encadrants intermédiaires doivent être capables d’arbitrer en direct. » Pour lui, la valeur du service réside dans la capacité d’accompagner les collaborateurs pour qu’ils soient plus performants dans leur travail. C’est la performance d’usage. Patrice Vuidel a présenté les points clés permettant d’aller vers un modèle d’économie servicielle, qu’il appelle économie de la fonctionnalité (lire aussi l’encadré).

Co-construire une valeur à partager

Animée par Sophie Distel, rédactrice en chef de Workplace Magazine, une table ronde a permis de poursuivre les débats. Décideurs et FMers, représentés par Corinne Colson et Vincent Perret (Sypemi), Joël Larousse (secrétaire général adjoint de l’Arseg), Xavier Baron (co-fondateur du CRDIA*) et Patrice Vuidel, ont échangé sur la manière de co-construire une valeur à partager. « Moins de 10 % des entreprises ont choisi le modèle FM, affirme Corinne Colson. Il faut donc faire bouger les choses en intégrant aussi les achats, les RH et, pourquoi pas, les partenaires sociaux. »

« Nous devons accepter de changer de modèle, confirme Vincent Perret. Il est nécessaire d’interagir avec les occupants des bâtiments et les clients finaux, selon une approche B to B to C. » Pour Joël Larousse, une relation doit être restaurée entre les usagers et les prestataires. Les professionnels s’accordent aussi à dire que les cahiers des charges sont obsolètes. Tous s’entendent sur le fait que des coopérations au sein des filières métiers doivent être mises en place.

Créer l'innovation servicielle

Des FMers - Engie Cofely, Elior Services, Vinci Facilities et Armonia - sont ensuite intervenus pour apporter les exemples de valeurs que pourrait générer le FM. Christophe Ploux, président du Sypemi**, Joël Larousse et Xavier Baron, ont conclu la conférence, s’interrogeant sur la manière de créer les conditions de l’innovation servicielle. Pour Xavier Baron, il est primordial de valoriser le travail et les travailleurs pour favoriser l’innovation servicielle qui est au cœur de l’avenir du FM. « Les prestations n’étant jamais totalement réalisées par le seul prestataire de FM, il faut intégrer les différentes entreprises de services et construire des collectifs de travail », insiste-t-il.

(*) Consortium de recherche et développement de l’Ile Adam pour le secteur du FM. (**) Syndicat regroupant 20 adhérents représentant 80 % du marché FM.

Les bases de l’économie servicielle

● Apprendre à exprimer la valeur à atteindre

● S’accorder sur la performance d’usage

● Se baser sur la pertinence pour piloter la mise en œuvre des prestations

● Créer de la valeur

● Évaluer les conditions de capacité de chaque partie

● S’entendre sur le partage des gains générés

● Accepter de payer le service selon la valeur créée (et non selon un coût)



PARTAGER

imprimer partager par mail

Informations

Newsletter

2 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

  • Entreprise

    Se lancer dans la gestion des déchets tertiaires

    Les entreprises de propreté bénéficient d’une position de premier ordre pour assurer l’optimisation de la gestion des déchets tertiaires de leurs clients. L’outil Smartri est conçu pour les aider à développer une offre en la matière.

    20 octobre 2017

  • Stratégie

    Se diversifier dans la gestion des déchets spécifiques

    Se lancer dans la gestion des déchets spécifiques et dangereux pour se diversifier, c’est le choix de l’entreprise AD Agio Propreté qui table sur cette stratégie pour assurer son développement.

    20 octobre 2017

  • CLEANING BIO/NORD PAS-DE-CALAIS

    Se différencier avec l’Iso 26 000

    C’est pour justifier son engagement dans le développement durable et se différencier que Cleaning Bio, basée dans le Nord, a choisi de se faire évaluer Iso 26 000.

    4 octobre 2017

Dossiers de la rédaction
  • CHIMIE
    4 septembre 2017
    - Table ronde : Quand la chimie se fait plus douce - Innovations : L'enjeu du bon dosage - Solutions alternatives : Produire les détergents sur place
  • Marché
    1 juin 2017
    Les acteurs du luxe n’hésitent plus à confier l’entretien de leurs locaux à des prestataires extérieurs. Face à des exigences extrêmes, les entreprises de propreté développent process innovants et politiques RH pointues.
  • Propreté
    27 avril 2017
    Entreprises de propreté et FMeurs font le même constat : il est nécessaire de sortir des logiques de gamme et de la standardisation des prestations afin de recréer de la valeur ajoutée dans le tertiaire. Comment faire pour que la qualité de la prestation ne se mesure pas ...
  • Technologies
    1 février 2017
    Si certains freins technologiques et économiques subsistent, la robotisation des machines de propreté progresse. Les applications professionnelles n’en sont encore qu’à leur début mais pour les entreprises la question est d’ores et déjà posée : comment ...
  • PUBLI-COMMUNIQUE
    23 janvier 2017
    Innovations, rencontres et solutions seront les maîtres mots de cette quinzième édition d’Europropre Multiservices Expo 2017. Toute la profession se retrouve les 28, 29 et 30 mars à Paris Porte de Versailles dans le Pavillon 3. Une offre encore plus importante et ...

Produits et Services

Sélections thématiques