Selon une étude Cegibat-GRDF, pour un même projet de chaufferie, le dimensionnement peut faire varier la puissance thermique avec un rapport de 1 à 5. 

Alors que le contexte réglementaire ne fixe pas d'obligation, GRDF Cegibat a voulu recenser les pratiques de la profession pour dimensionner la puissance chauffage, ECS et globale. 35 bureaux d'études ont répondu à différentes questions, sur les méthodes employées pour dimensionner une chaufferie, la prise en compte d'une surpuissance de relance, l'utilisation de la règle des 2/3, le dimensionnement de l’eau chaude sanitaire et la puissance installée au global. Résultat, sur un même projet de chaufferie, les bureaux d’études peuvent dimensionner la puissance thermique avec un rapport variant de 1 à 5.3 bureaux d'études ont partagé leur point de vue et expérience lors d'un débat Cegibat diffusé le 29 novembre dernier sur Youtube. Parmi les intervenants, Sylvie Moalic, gérante du bureau d'études Isocrate, Joséphine Ledoux, responsable d'agence chez Enera Conseil, Luc Bourne, directeur Luc Bourne Ingénierie et Romain Ruillard, responsable efficacité énergétique chez GRDF.Regardez le débat Cegibat du 29 novembre :