Règles et normes d’hygiène, santé et bien-être des occupants, développement durable…, au sein des entreprises, l’utilisation de produits d’entretien plus « green » n’est plus un critère à la marge du cahier des charges. Face aux grands défis sociétaux et environnementaux, les précurseurs de produits nettoyants bio innovants et éco-conçus ont une longueur d’avance, sans toutefois perdre de vue les futurs challenges. Dans un écosystème professionnel en quête de réassurance et de performance, c’est bien la crédibilité qui fera la différence.

Vinaigre blanc ou bicarbonate de soude ? Savon noir ou savon de Marseille ? Longtemps disparus des placards, les « remèdes de grand-mères » reviennent en force sur le carrelage des Français, en quête d’alternatives aux produits chimiques. Loin d’être la panacée pour le nettoyage industriel, ces tendances domestiques soulignent toutefois la volonté des consommateurs d’adhérer à des pratiques plus saines et responsables. Impacté par la vague verte, l’entretien professionnel n’échappe donc pas à la règle : hygiène, bienêtre, qualité de l’air intérieur…, face aux nombreuses problématiques et normes sanitaires, occupants, FMeurs et gestionnaires ont désormais le nez sur l’étiquette. « Si le contexte épidémiologique a mis le sujet en lumière, il n’a fait qu’accélérer des préoccupations déjà grandissantes au sein des entreprises », observe Claire Normand, Product & Technical Manager Floor & Surfaces chez Werner & Mertz France, fabricant européen de produits de nettoyage. « Face aux besoins de réassurance et aux attentes revendiquées en matière de produits plus éthiques, le marché a donc tout intérêt à doper sa stratégie environnementale, devenue un enjeu majeur de compétitivité et de santé publique ».

Un engagement à 360°

Suffit-il pour autant de repeindre sa marque en vert ou d’arborer un écolabel pour être légitime ? Pour Werner & Mertz, dont l’engagement écoresponsable s’inscrit de longue date dans l’ADN, la crédibilité prime sur le greenwashing aux yeux des consommateurs. Parmi les pionniers de l’écoconception, le groupe-mère des marques RAINETT, tana PROFESSIONAL et green care PROFESSIONAL a choisi de répondre aux enjeux de santé et de bien-être, mais également de la préservation des ressources. « L’idée est de faire bien dès le départ », explique Claire Normand. D’aller toujours plus loin dans l’innovation, de la garantie produit à tout son cycle de vie. Ainsi se pose la condition de la performance environnementale aujourd’hui ». C’est pourquoi le groupe a mis en oeuvre la démarche d’innovation « cradle to cradle » (C2C) qui consiste à évaluer et ne sélectionner en amont que des matériaux à même d’être réutilisés ou régénérés. Si l’efficacité reste un prérequis pour les opérateurs de nettoyage, le contenant est ainsi devenu, au fil des années, aussi important que le contenu. De la composition à la distribution, du recyclage à la réutilisation, « la performance commence par la maîtrise de tout ce que l’on met en production, et sur toute la chaîne de valeur », confirme la responsable, dont le groupe intègre sur son site de production une station d’épuration afin d’économiser l’eau au maximum, ainsi qu’un fournisseur d’emballages. Une disposition qui lui fait économiser, indique-t-il, 570 tonnes de CO2 par an.

Retour à l’envoyeur : un process vertueux

Garantir le process du « berceau au berceau », poursuit Claire Normand, c’est à la fois miser sur des ingrédients renouvelables et biodégradables, s’affranchir de composants nocifs pour la santé et l’environnement, mais également minimiser l’impact de la pollution plastique, en favorisant la recyclabilité des emballages, en encourageant le tri auprès des utilisateurs, et en réutilisant le plastique issu des déchets. « Financer une économie circulaire saine et stable implique un partenariat massif avec les structures de collecte, pour permettre la valorisation d’un maximum de déchets. Car le recyclable c’est bien, mais s’il n’y a pas derrière la volonté d’utiliser des produits issus du recyclage, l’action environnementale s’en trouve moins performante ». Emballages 100 % recyclés et recyclables, soustraction des colorants toxiques et autres substances indésirables sur les packagings au profit de solutions écologiques, formules biosourcées, origines végétales…, pour relever le challenge de l’éco-responsabilité en amont et en aval de la distribution, le travail s’inscrit à chaque étape de la vie du produit.

Le pari de l’écologie

Considérés hier moins performants que les détergents chimiques, les détergents écologiques n’ont eu de cesse de s’améliorer pour casser les préjugés, ajoute Claire Normand. « Au départ, l’écosystème du nettoyage professionnel était surtout concentré sur l’efficacité, qu’importe l’agressivité des formules utilisées ; mais cette tendance a évolué vers plus de confort d’utilisation et de respect de l’environnement. Les progrès ont été tels que désormais, nous sommes capables de rivaliser avec des solutions complètement responsables, durables, certifiées, et plus performantes qu’avant ». Si la demande augmente à mesure que les regards changent, la pression règlementaire a somme toute contribué, elle-aussi, à faire bouger les lignes : création de l’Ecolabel européen dans les années 1990, renforcement des normes d’hygiène dans les entreprises…, les contraintes environnementales poussent naturellement les opérateurs à prendre le train en marche. « Il faut maintenant trouver les bonnes réponses, la bonne offre, qui soit équilibrée économiquement, comprise, mais également guider nos clients sur la manière de valoriser cet investissement et ces choix durables ». Dans le champ de la responsabilité sociétale des entreprises, l’usage de produits d’entretien écologiques et durables s’inscrit en outre bien au-delà des injonctions réglementaires. Pour Werner & Mertz, c’est non seulement un acte d’engagement en matière de sécurité, de santé et de développement durable, mais également une question de survie pour les marques, dont les challenges environnementaux n’ont pas fini de s’intensifier. 

PLASTIQUE : WERNER & MERTZ S’ENGAGE

La crise du COVID-19 ne doit pas nous faire oublier l’importance de lutter contre la prolifération du plastique. Les marques green care PROFESSIONAL et RAINETT se sont engagées dans le Pacte Européen des Plastiques, qui répond à des objectifs ambitieux d’ici 2025 :

>> Concevoir les emballages et produits en plastique pour qu’ils soient réutilisables et 100% recyclables.

>> Réduire l’usage du plastique vierge d’au moins 20 % (poids) et l’usage du plastique d’au moins 10 % dans les produits et emballages en plastique.

>> Augmenter les capacités de recyclage d’au moins 25 % et incorporer au moins 30 % de plastique recyclé dans les nouveaux produits et emballages d’ici à 2025.

QUI SOMMES NOUS ?

• Fondée il y a plus de 150 ans, Werner & Mertz est une entreprise familiale allemande pionnière en matière de produits d’hygiène et de nettoyage de haute performance et intégralement durables. Elle s’adresse aux secteurs professionnels de la restauration, de l’univers de santé, de l’hébergement et des entreprises de propreté. Tana PROFESSIONAL et green care PROFESSIONAL sont les deux principales marques de la division professionnelle en Europe.

• Le groupe Werner & Mertz est très attaché à son implantation à Mayence, et se sent, de même, profondément engagé en faveur de la protection de l’environnement et d’une approche économique durable. Pour Werner & Mertz, le développement durable n’est pas un effet de mode mais une tradition vécue au quotidien. Depuis toujours, la protection des ressources naturelles, le développement durable et la préservation de la biodiversité sont ses objectifs.