Santé et environnement

Certification

L’UE valide l’écolabel européen sur les prestations de propreté

Séverine Wilson | 9 mai 2018 |

Photo : Karcher.
La décision de la Commission européenne établissant les critères du label écologique de l'Union européenne pour les services de nettoyage intérieur a été publiée le 2 mai 2018.

La Commission européenne a publié le 2 mai les critères définissant l’écolabel européen relatif aux « services de nettoyage intérieur ». Les entreprises de propreté sont directement concernées. L’écolabel couvre les prestations de propreté professionnelles récurrentes ou régulières à l’intérieur des bâtiments (en milieu classique). Il inclut le nettoyage des vitres sans équipements spécifiques ou machines, mais exclut les travaux exceptionnels ou supplémentaires, les prestations en milieux spécifiques (ex : zones de production agroalimentaire, ultrapropreté, industries…), la désinfection et les situations où les produits sont fournis par le client.

Les écolabels européens ont été créés en 1992 par la Commission européenne. Il existe aujourd'hui 52 catégories de produits ou services susceptibles d’être écolabellisés. En France, le ministère de l’Environnement a confié l’accompagnement de la politique en matière de déploiement de l’écolabel européen à l’Ademe et sa délivrance à Afnor Certification. Les écolabels européens ont des niveaux d’exigences élevés et se positionnent comme des labels d’excellence. Ils permettent d’attester les pratiques des entreprises les plus avancées sur le plan environnemental. On considére que 10 à 20 % des entreprises d’une catégorie peut y prétendre.

Comment l’obtenir ?

C’est l’entreprise qui est labellisée. Pour l'obtenir, elle doit respecter 7 critères obligatoires. Ensuite, 12 critères optionnels permettent d’obtenir des points (lire l’encadré ci-dessous), sachant que 14 points sur 43 possibles sont requis. L’attribution du label se fait sur la base d’un audit initial, réalisé par Afnor Certification, dans l’entreprise et sur des sites clients. Celle-ci devra présenter un an de fonctionnement conforme au référentiel.

L’écolabel reprend une partie des bonnes pratiques promues par la branche dans le cadre du programme de Développement durable des entreprises de propreté. La branche travaille, en outre, aux côtés d’Afnor certification et de l’Ademe pour expliciter les modalités de mise en œuvre des critères dans les entreprises.

Pour en savoir plus (ou pour une mise en relation avec Afnor Certification) :

Contacter Véronique Vansteene, chef de projet RSE du Fare Propreté v.vansteene@fare.asso.fr 01 49 58 11 38

19 critères

7 critères obligatoires

• 50 % des produits utilisés doivent être porteurs de l’écolabel européen ou équivalent (les autres doivent être sans phrases de risques).

• Correct dosage des produits d’entretien.

• 50 % des accessoires textiles utilisés doivent être en microfibres.

• Formation du personnel aux écogestes.

• Mise en place de la base d’un système environnemental.

• Mise en place du tri des déchets dans l’entreprise de propreté.

• Communication sur l’écolabel européen.

12 critères optionnels

• Utilisation accrue de produits à faible incidence environnementale.

• Utilisation de produits concentrés non dilués.

• Utilisation accrue de produits microfibres.

• Utilisation d’accessoires à faible incidence environnementale.

• Efficacité énergétique des aspirateurs.

• Enregistrement Emas ou certification Iso 14 001.

• Bonne gestion des déchets solides sur les sites clients.

• Qualité du service Iso 9 001 ou Insta 800.

• Limitation des émissions de gaz à effets de serres de la flotte de véhicules.

• Efficacité des lave-linges.

• Utilisation d’autres services ou produits porteurs du label écologique.

• Fourniture aux clients de produits consommables et sèche-mains électriques à air ayant un impact environnemental limité.



PARTAGER

imprimer partager par mail

Informations

Newsletter

2 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

  • Tout pour lustrer

    Pour lustrer les sols, l'utilisation de disques diamant - associé à une autolaveuse ou une monobrosse adaptée - évite de faire appel à la chimie, réduisant l'impact sur l'environnement et les coûts. Pour les surfaces, les microfibres sont de plus ...

    22 mai 2019

  • Comment miser sur la personnalisation ?

    Fort de la proximité et de sa réactivité, Pithiviers Nettoyage entend se différencier par sa capacité d'ajustement du cahier des charges en fonction de l'évolution des besoins de ses clients.

    7 mai 2019

  • Publi-communiqué

    Innovations et respect de l’environnement

    Dans un marché qui renoue avec la croissance, le développement durable et l’environnement restent des enjeux majeurs pour le secteur de la propreté. Ce sont aujourd’hui des éléments clefs à sa croissance et de véritables moteurs de performance. ...

    3 avril 2019

Dossiers de la rédaction
  • CHIMIE
    4 septembre 2017
    - Table ronde : Quand la chimie se fait plus douce - Innovations : L'enjeu du bon dosage - Solutions alternatives : Produire les détergents sur place
  • Marché
    1 juin 2017
    Les acteurs du luxe n’hésitent plus à confier l’entretien de leurs locaux à des prestataires extérieurs. Face à des exigences extrêmes, les entreprises de propreté développent process innovants et politiques RH pointues.
  • PUBLI-COMMUNIQUE
    23 janvier 2017
    Innovations, rencontres et solutions seront les maîtres mots de cette quinzième édition d’Europropre Multiservices Expo 2017. Toute la profession se retrouve les 28, 29 et 30 mars à Paris Porte de Versailles dans le Pavillon 3. Une offre encore plus importante et ...
  • 1 octobre 2016
    Industrie : quelles sont les cartes à jouer ? Agroalimentaire : L’externalisation gagne du terrain
  • 1 mai 2016
    - Innovation : L’arrivée de la propreté connectée - Machines : La percée des robots - Chimie : Le dosage se perfectionne

Produits et Services

Sélections thématiques