Profession

« S’associer pour une meilleure reconnaissance du secteur »

La rédaction | 18 septembre 2019 |

Photo : EFCI.

Juan Díez de los Ríos, nommé président pour la période 2019-2022 lors de l’assemblée générale du 27 juin, explique les enjeux et les actions à venir pour l’EFCI (European cleaning and facility services industry).


Quelles sont vos motivations pour représenter la propreté au niveau européen ?

Je suis impliqué à l’EFCI depuis ma nomination en tant que président d’Aspel (Asociación profesional de empresas de limpieza) en 2010, et les membres de l’EFCI m’ont accordé leur confiance il y a déjà plus de deux ans. Depuis, nous avons modifié le fonctionnement interne et externe de l’EFCI et inclus les services associés dans notre nom. Mon objectif est d’assurer une meilleure reconnaissance de la profession en faisant en sorte que nos services ne soient plus invisibles mais appréciés de tous.

Quels sont les principaux enjeux des douze prochains mois ?

La nouvelle EFCI, « modernisée », a été mise en place parallèlement à l’élection d’un nouveau Parlement européen et de la nouvelle Commission européenne, qui a semble-t-il une forte orientation sociale. Notre secteur, pour lequel le principal facteur pour la passation de marché reste le prix, est impacté par les politiques qui influencent le coût du travail, les marchés publics et privés, la législation sur le transfert d’entreprises (TUPE) ou la santé et sécurité au travail, etc.

Nous devons communiquer sur les priorités du secteur et défendre ses intérêts, ainsi qu’assurer un suivi et coopérer sur les sujets liés à la RSE, à l’économie circulaire et à la transition numérique.

L’EFCI doit être un point de rencontre du secteur en Europe, avec une représentation de tous les pays, et un lieu d’échanges concernant les meilleures pratiques et expériences.

Comment l’EFCI compte y répondre ? Quelles sont les premières actions que vous entendez mettre en place ?

Nous voulons que l’EFCI soit attractive pour toutes les parties prenantes du secteur de la propreté dans les pays de l’UE et hors de l’Union : prestataires de services, fournisseurs de produits et machines, clients publics et privés, médias, etc. Je suis persuadé que ces parties prenantes vont répondre positivement. Nous sommes près de 4 millions de salariés dans notre secteur et ceci doit être souligné.

Pour répondre aux défis des prochains mois, nous commencerons à être aussi efficaces que possible en interne en maximisant les ressources. Nous allons continuer à travailler pour organiser des conférences sur des sujets d’intérêt et élaborer projets et rapports européens sur les dossiers essentiels.

Pensez-vous pouvoir renforcer la représentativité de l’EFCI en accueillant de nouveaux membres ou en redynamisant leur participation ?

Les deux aspects sont clés. Je suis attristé de voir que des pays qui ont un secteur de la propreté dynamique n’ont pas une société civile organisée ou que les entreprises ne veulent pas dépenser de ressources pour s’associer.

L’EFCI a le devoir d’expliquer et de convaincre des inconvénients de ne pas être associés tant au niveau national qu’au niveau européen. Une chose est sûre : les avantages de s’unir ont été démontrés ! Ensemble, on va beaucoup plus loin.

Pour en savoir plus : relire l’article du 4 juillet 2019.



PARTAGER

imprimer partager par mail

Informations

Newsletter

2 fois par mois, recevez toute l'info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

  • Comment faire le pari de s'associer ?

    Se regrouper avec quatre autres entreprises de propreté du Centre a permis à Multis de mutualiser les bonnes pratiques et de se positionner sur des marchés régionaux.

    6 novembre 2019

  • Comment miser sur la réactivité ?

    En se concentrant sur le secteur privé, Corse Propre Services a choisi d’adapter son organisation pour répondre avec la meilleure réactivité aux exigences d’urgence des clients.

    2 octobre 2019

  • Plus mobile avec les matériels sans fil

    L'offre de matériels sans fil se développe pour répondre aux exigences de mobilité et d'ergonomie des entreprises de propreté, tout aussi soucieuses du bien-être de leurs salariés que de leur productivité, en particulier pour le travail en ...

    18 septembre 2019

Dossiers de la rédaction
  • STRATÉGIE
    1 octobre 2019
    Pour créer un nouveau modèle économique, le secteur de la propreté doit se réinventer. C’est autour de la satisfaction de l’utilisateur final (usager des transports, occupant des bureaux, client du centre commercial…) que les entreprises du secteur ...
  • CHIMIE
    4 septembre 2017
    - Table ronde : Quand la chimie se fait plus douce - Innovations : L'enjeu du bon dosage - Solutions alternatives : Produire les détergents sur place
  • PUBLI-COMMUNIQUE
    23 janvier 2017
    Innovations, rencontres et solutions seront les maîtres mots de cette quinzième édition d’Europropre Multiservices Expo 2017. Toute la profession se retrouve les 28, 29 et 30 mars à Paris Porte de Versailles dans le Pavillon 3. Une offre encore plus importante et ...
  • 1 octobre 2016
    Industrie : quelles sont les cartes à jouer ? Agroalimentaire : L’externalisation gagne du terrain
  • 1 mai 2016
    - Innovation : L’arrivée de la propreté connectée - Machines : La percée des robots - Chimie : Le dosage se perfectionne

Produits et Services

Sélections thématiques